Service gratuit et accessible à tous

Créer un site

Christophe et Carole

C'est l'histoire d'un couple d'aventuriers. C'est nous, Chris et Carole. Après avoir travaillé dans divers domaines aux 4 coins du monde, nous débarquons en Ardèche en 2006 et nous décidons en 2009 de nous lancer dans l'aventure de l'agriculture biologique ! Après 8 années inoubliables de maraîchage à Salavas et la création d'une belle exploitation nommée "Le Champ de la Rivière", nous décidons de transmettre cette ferme à un jeune couple désireux de s'installer à leur tour.

De notre côté nous avions une idée en tête... Nous rêvions de construire une nouvelle ferme, d'élevage cette fois ci et après plusieurs mois de recherche, nous avons fini par trouver les terres de notre nouveau projet, à une poignée de kilomètres de Salavas : Dans les collines de Lagorce !

Notre motivation : Créer un lieu de vie agréable pour notre famille, respecter notre terre et nos animaux et  produire des aliments sains pour nous et nos clients.

John et les filles

C'est l'histoire de 5 bandes de filles à plumes, des rouquines, souche Bovans plus exactement. Les filles, ce sont nos 1500 poulettes pondeuses bio confortablement réparties dans leurs 5 poulaillers respectifs et picorant toute la sainte journée sur leur parcours arborés. Les filles ce sont aussi les 9 compagnes de John, notre bélier. Luna, Joséphine, Rosie, Pistache, Punkie, Béquille, Myrtille, Moorea et Mada... nos brebis mères, de belles et rustiques Noires du Velay. Mises à part la blanche Joséphine qui est une laitière, et Punkie qui revendique l'anarchie du genre...

John n'est pas peu fier de son harem quand du matin au soir ils arpentent goulûment tous ensemble les parcelles de la ferme... 

La petite histoire du Chant des Collines

C'est l'histoire d'un site magique qui nous a charmé dés le premier coup d’œil. Déjà en 2006 quand nous sommes arrivés dans la région nous avions été séduits par Lagorce, sa vie, son charme et son caractère unique, ses ruelles de pierre au détour de paisibles collines...

Et voilà qu'en 2016, alors que nos cherchions un nouveau lieu où bâtir notre ferme, nos amis éleveurs lagorçois nous ont mis sur la piste de belles parcelles à reprendre, dans les hauteurs tout prés du village. Garrigue, chênes verts, cades, thym ou encore genêts, pommiers et orchidées sauvages... Un petit paradis pour nos bêtes, et pour nous !

Comme ensorcelés par la beauté des lieux, nous n'avons pas résisté au Chant des Collines et nous y avons entrepris la construction de notre nouvelle ferme.

La Construction de la ferme

Imaginez une colline de 12 hectares. Quelques cades, des chênes, des orchidées et du jasmin sauvages, du thym...Et c'est tout. Quelle folie quand on y pense, le jour où on s'est dit : "tiens si on montait une ferme ici?"

D'abord, il a fallu débroussailler, histoire d'y voir plus clair. Ensuite il y a eu le montage des réseaux d'eau et d’électricité. Créer un chemin, serpentant sur 400 mètres linéaires et 30 mètres de dénivelé. Et des tranchées interminables pour alimenter les cabanes, le hangar, les ateliers etc... Le montage des poulaillers, un par un. On en menait pas large quand on a reçu le hangar en bois de 300 m² en pièces détachées. Et puis on s'y est mis. Toujours avec l'aide précieuse de nos amis et de la famille : Steph, Sophie, Brice, Emilie, Emeric, Michel, Fabien, Patch, Tommy, Pierre... Les voisins aussi nous ont prêté main forte : Stéphane, Théo et Lora, Laure et Cyril, Jean, Bernard. Sans oublier les stagiaires du Pradel !  UN GRAND MERCI A VOUS TOUS!

Notre ferme

 

Aujourd'hui notre ferme se développe à flanc de colline toujours gorgée de thym, arborée de chênes, de cades et bientôt d’un verger conservatoire des meilleures variétés locales. Nous avons 5 (et bientôt 6) poulaillers de 300 poules, une quinzaine de brebis et leurs agneaux, quelques canards et deux ânes nains.

Nos poules pondeuses sont installées dans des cabanes déplaçables de 60 m², bien isolées. L'intérieur des poulaillers assure tout l'indispensable à leur sécurité et leur bien-être : Mangeoires remplies à volonté d'un aliment complet 100% végétal et minéral, abreuvoirs, perchoirs et nids de ponte. Chaque matin les poulaillers sont ouverts afin que les poules puissent profiter de leurs parcours arborés tout au long de la journée. Leur « picorage » représente une bonne partie de leurs apports journaliers. Ainsi elles ont une alimentation variée et équilibrée, ce qui leur assure une bonne santé et une excellente ponte quotidienne. Les œufs sont ramassés manuellement deux fois par jours par nous même ou notre ouvrière Laetitia.

Notre travail

Notre travail est quotidien, 365 jours par an : Chez nous tout est fait manuellement, chaque jour il faut ramasser les œufs, nourrir les poules, contrôler les installations et les clôtures, calibrer, préparer les commandes et livrer différents points de vente que nous sélectionnons à moins de 60 km de la ferme.



Une poule pond chaque jour ! Aussi afin d’assurer quotidiennement le travail nous sommes trois à nous relayer du lundi au dimanche, pendant les vacances, les jours fériés… Christophe et Laetitia assurent la production. Les livraisons sont assurées par Carole du mardi au vendredi. Parallèlement au travail de la ferme, Christophe gère aussi les travaux.



Depuis peu nous avons notre propre centre de tri et de calibrage agréé au sein de la ferme. Nous l'avons aménagé dans un ancien container maritime de 25 m². Nous avons même eu la place d'y intégrer notre bureau ! Les œufs sont ainsi calibrés chaque jour après la ramasse. Cela nous permet de maîtriser la qualité de notre production et de proposer au plus vite nos œufs extra frais à notre clientèle.

L'agriculture est un vrai choix de vie car elle nécessite beaucoup d'énergie.

Ainsi nous vivons sur notre ferme, et compte tenu des paysages qui nous entourent, autant vous dire que ce n'est pas désagréable ! Mais attention, ce n'est pas un privilège !

Il faut travailler dur pour produire, vendre, faire fonctionner son entreprise mais aussi se soumettre aux obligations sanitaires qui sont régulièrement remaniées.

Nous sommes soumis depuis 2016 à un arrêté Ministériel de Biosécurité qui oblige sans distinction tous les producteurs de volailles à s'y soumettre ; nous imposant d'importants investissements, parfois inappropriés pour la taille de nos fermes ou même inapplicables selon la configuration de certaines exploitations. Ces normes sont imposées à tous, suite à des crises sanitaires liées à l'industrialisation de l'élevage. Elles mettent clairement en péril de nombreuses petites structures, mais nous espérons avoir trouvé la juste mesure pour résister.